Jacques Mesrine dans la cabane

« Quand j’étais enfant, je voulais que mon père me construise une cabane. C’était juste après qu’il m’annonça que Jacques Mesrine avait été tué Porte de Clignancourt le jour même.
– Jacques Mesrine ? avais-je dit.
Il m’expliqua qui était Jacques Mesrine. Je n’ai jamais compris, et aujourd’hui encore je ne sais pas pourquoi il me l’avait dit sur ce ton solennel, comme si on avait assassiné son père alors qu’il s’agissait d’un bandit. Il me fabriqua la cabane dans la foulée de sa déclaration.
Il coupa des branches de ce qu’il appelait des cannisses, au bord de la rivière pour constituer l’abri où je dormirais quelques nuits plus tard. Ca sentait la fraîcheur de l’herbe coupée, c’est ainsi que je pensais à penser à la vie dehors, et que j’aimais ça. »
22 juin 2020