Capture d’écran 2015-10-26 à 14.43.32Née chez des guérisseurs et des écrivains, d’alliances d’antipodes sociales et géographiques, dès mes premières années, je lis beaucoup, j’écris.

Les mots m’ont bercée, soutenue, crée. Je les ai posés sur des feuilles pour tisser des phrases, jusqu’à ce qu’ils deviennent des livres.

Ensuite,

je les ai accueillis, guidés, accompagnés en ateliers d’écriture, puis en ateliers de philosophie.

Les laisser guider notre plume, creuser à l’authenticité, par ce qui est cru et brut en nous.

L’écriture comme artisanat, comme artisanat corporel, exploration sensuelle, ascendance spirituelle.

Dans mes ateliers, il s’agit de mettre la main à la pâte et de se laisser faire. De laisser faire.

Poser le premier mot sans savoir ce qui va venir, l’amadouer jusqu’à trouver la confiance.

Ecrire pour franchir la ligne du connu, élargir sa vision et l’envergure de ses ailes, s’accorder plus de liberté, plus de légèreté et de plaisir, c’est ce que j’appelle l’écriture buissonnière.  

Marie Debray